Blog scenari-enterprise

Catégorie : Présentation (page 1 of 2)

Conception de formes de relecture

Un des axes de R&D autour des chaînes éditoriales Scenari concerne l’instrumentation du processus de relecture, tel qu’il peut être mené au sein d’une organisation documentaire à des fins de validation des contenus avant publication.

Du côté des éditeurs bureautiques, la relecture peut être effectuée à l’aide d’outils comme l’insertion de commentaires ou le mode « suivi des modifications ». Ces outils se fondent à l’interface servant à la fois pour l’édition et pour la mise en forme des contenus, conformément au principe du WYSIWYG. En revanche, dans le monde des chaînes éditoriales et du WYSIWYM, des fonctions de relecture peuvent être ajoutées aussi bien du côté de l’auteur que de celui du lecteur. C’est ainsi qu’on a vu émerger avec Scenari 4 :

  • Côté auteur : le système de commentaires, le versioning, l’historique des items ou encore le différentiel XML ;
  • Côté lecteur : la prévisualisation du contenu dans sa mise en forme finale et la fonction d’annotation.

Cependant dans le cas de la relecture exhaustive d’un document, de nouveaux problèmes apparaissent :

  1. L’éditeur arrive à une certaine saturation fonctionnelle (fragmentation, filtrage des contenus, commentaires…) qui rend, par exemple, difficile la lecture complète d’un réseau d’items.
  2. Les prévisualisations au format Web comportent de nombreuses interactions hypertextuelles (définitions en sur-fenêtre dans Opale, parcours multiples dans Topaze…) qui ne permettent pas d’appréhender les contenus dans leur globalité (ensemble des définitions avec leurs différents ancrages, ensemble des parcours possibles…).
  3. Dans le cas où un même document est publié dans plusieurs variations (exemple : les versions standard et courte d’un module Opale), la relecture devient soit partielle, si on décide de ne relire qu’une de ses variations, soit redondante, si on décide de toutes les relire.

L’enjeu de mes travaux de thèse (CIFRE UTC-Kelis) a été de proposer des pistes technologiques pour la conception de formes documentaires dédiées à la relecture. Pour plus d’informations :

Une présentation de ces travaux aura lieu lors des rencontres Scenari 2016.

Soutenance de Thèse : 25 janvier

La seconde thèse co-encadrée par l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) et Kelis touche à sa fin. Elle sera soutenue par Léonard Dumas le lundi 25 janvier 2016 à 14h à l’UTC, amphi L103 (Centre Pierre Guillaumat 1).

Microphone at conference. Dynamic microphone against the background of convention center. Real photo.

Intitulé de la thèse :

Conception de formes de relecture dans les chaînes éditoriales numériques

Résumé :

La production documentaire en contexte professionnel entraîne généralement un processus de révision dans lequel les documents doivent être relus avant validation et publication. Cette tâche importante fait face à de nouvelles difficultés avec le numérique. En effet, trois propriétés de l’écriture numérique sont problématiques :

  • les documents évoluent très fréquemment et ne peuvent pas être relus entièrement à chaque version ;
  • les interactions hypertextuelles rendent la tâche laborieuse, voire impossible ;
  • la rééditorialisation documentaire augmente le nombre de formes documentaires à relire.

En tant que technologie d’écriture numérique avancée, les chaînes éditoriales XML sont un cadre pertinent pour l’étude de la relecture de documents numériques. Partant du constat que les formes documentaires qu’elles proposent, à savoir les formes génératrices (sources XML modifiables via un éditeur WYSIWYM) et les formes publiées (documents issus de la transformation des sources XML), font défaut à la relecture, nous envisageons la conception de formes documentaires dédiées à cette activité selon deux approches :

  • la linéarisation, qui consiste à restaurer une certaine linéarité matérielle des contenus pour faciliter leur relecture exhaustive ;
  • la tabulation, qui vise à paralléliser, afin de mieux les comparer, les différents contextes de rééditorialisation d’un document.

Une partie des propositions faites dans ce mémoire a mené à la réalisation de prototypes ayant été expérimentés dans des situations d’usage des chaînes éditoriales Scenari en contexte pédagogique. Ces prototypes s’appuient sur des formes linéaires de relecture permettant notamment la comparaison de deux versions du document en se basant sur un algorithme de différentiel.

Soutenance de Thèse : 24 novembre

Depuis quelques années, la collaboration entre l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) et Kelis en matière de R&D se poursuit sous la forme d’un co-encadrement de plusieurs thèses de doctorat.

La première de ces thèses touche à sa fin et sera soutenue par Thibaut Arribe à l’UTC le 24 novembre à 14h30.

L’intitulé des travaux est :

Conception des chaînes éditoriales

Documentariser l’activité et structurer le graphe documentaire pour améliorer la maîtrise de la rééditorialisation

Les travaux présentés cherchent à mieux accompagner la conception des chaînes éditoriales notamment pour améliorer la gestion de bases documentaires complexes où un nombre très important d’items est exploité et réutilisé dans plusieurs contextes. Une base documentaire complexe peut être représentée sous la forme d’un graphe d’items où chaque sommet est un item et chaque arc un lien entre deux items.

graphe contenant plusieurs milliers d'items de différentes couleurs.

Graphe d’items

La complexité d’un tel graphe nuit à son intelligibilité et rend plus difficile son évolution et sa maintenance. En rédigeant des contenus dans un graphe où chaque item est réutilisé plusieurs fois, l’auteur peut insérer des incohérences dans les documents produits sans s’en rendre compte.

Les solutions proposées s’articulent autour de la structure de l’atelier.

  • Des éléments internes à l’atelier (tâches, responsabilités, cycles de vies, commentaires) permettent d’inscrire l’activité des rédacteurs dans les items. En enrichissant les items, ces éléments participent à la documentarisation de l’activité, c’est-à-dire à la création et la maintenance de sa documentation.
  • Des éléments externes à l’atelier (ateliers calques, items proxys)  permettent de segmenter et structurer la base documentaire au sein de plusieurs ateliers exploitant moins de fragments. Ces éléments permettent de simplifier la perception des contenus issus d’un même atelier.

Ces travaux décrivent et mettent en perspective une grande partie des évolutions de Scenari depuis la sortie de Scenari 4.0 jusqu’aux versions 4.2 (voire 4.3…) en cours de développement.

Pour plus d’informations, le mémoire est publié sur un site web dédié.

L’entrée est libre  : lundi 24 novembre, Université de Technologie de Compiègne, bâtiment Pierre Guillaumat 2, salle N104, 14h30.

Anciensarticles

kelis © 2017